UNE QUESTION ?   +41 (0)225180364 - +41 (0)225481428

0
Nouveaux arrivages !
Actualités
Les vins les plus vendus de 2018
Les dix vins les plus vendus en 2018     L’article d’aujourd’hui passe en revue les vins les plus vendus sur la plateforme Liv-ex en...
Comment nous fonctionnons à La Cave Patrimoniale Sàrl ?
La Cave Patrimoniale Sàrl est à votre service :   La Cave Patrimoniale Sàrl offre un service de courtage complet, proposant des milliers de ...
La Cave Patrimoniale Sàrl  vous conseille et vous accompagne pour investir dans les grands crus
Investir dans les grands crus   Investir dans le vin, c’est se faire plaisir sur tous les plans : gustatif mais aussi éventuellement sur le...
LES BORDEAUX 2009 EN BOUTEILLES   2009 un millésime exceptionnel, structuré, de garde et pourvu d'une note plaisir forte!   Dès les v...
» » Bordeaux Primeurs 2018




Bordeaux Primeurs 2018

Vins de Bordeaux en primeur 2018

 

Nous remercions Mr.Jean-Marc Quarin de nous autoriser à publier ses cotes et ses commentaires.

 Jean-Marc Quarin - www.quarin.com

 

Bordeaux rouges 2018 : où sont les grandes réussites ?
L'analyse de mes résultats région par région


Rive gauche

 

Médoc

Nord du Médoc, au-dessus de Saint-Estèphe, AOC Médoc : grande année homogène
Cet espace contient de nombreux crus aux terroirs à dominante plus calcaire que graveleuse. Les résultats sont très réussis. La note accordée au château Tour Haut Caussan, la plus haute depuis 2003, le confirme. Idem aux châteaux Doyac, Laujac, les Ormes Sorbet, Clos Manou.

Le Sud du Médoc en dessous de Margaux est moins avantagé que le nord. L'absence de calcaire crée la différence. La grêle du 15 juillet a endommagé les vignes depuis le Taillan Médoc jusqu'à Ludon où le château La Lagune a perdu beaucoup de récolte.

 

Saint-Estèphe 2018 : grande année homogène
Cette zone souvent qualifiée d'appellation la plus froide parmi les quatre AOC reines du Médoc, se montre très réussie, grâce à son sol gravelo-argileux et/ou son sous-sol calcaire. La vigne y est restée en activité malgré la sècheresse de l'été.

Pauillac : grande année homogène
La présence de calcaire s'y réduit. Cependant, l'argile apparaît en sous-sol de vignes plus graveleuses en surface. Les résultats sont très réussis. Remarquez le succès de Pibran et de Clerc Milon qui contiennent des sols calcaires dans leurs superficies.

Saint-Julien : grande année homogène
L'appellation se développe en largeur. Depuis la proximité de la forêt à l'ouest (zone fraîche), jusqu'aux bordures de la Gironde à l'est où les sols sont plus chauds. Partout la réussite est là. Depuis les sols plus frais de Lagrange aux sols plus chauds des trois Léoville. Même si les causes diffèrent, il existe une concordance de résultats : les zones plus fraîches profitent de la sècheresse et d'une longue période de temps clément pendant les vendanges ; celles plus chaudes (graves argileuses) bénéficient d'un sous-sol argileux capable d'alimenter la vigne en eau l'été.

Margaux : très bonne année hétérogène
L‘appellation s'étale sur des sols divers. Les zones les plus fraîches du côté d'Arsac ou celles plus calcaires du côté de Soussans profitent du millésime. Idem pour les zones plus argileuses, par exemple au château Kirwan. Les terroirs sablo-graveleux plus secs sont à la peine.

Pessac Léognan : très bonne année hétérogène
Mes observations sont comparables à celles décrites à Margaux. Ainsi, les zones les plus froides du côté de la forêt (Domaine de Chevalier) s'en tirent très bien en rouge comme en blanc. Celles plus chaudes, incluses dans la ville de Pessac, semblent proportionnellement moins favorisées. A cela s'ajoute la grêle du 26 mai. En pleine floraison, cette dernière a induit un coup d'arrêt végétatif à la vigne. Ce stress lui a fait prendre du retard dans son cycle. Je note que Léognan, Villenave d'Ornon et Talence ont été plus touchés que Pessac.


Graves
Les rares sols de calcaire l'emportent (voir le beau succès de Clos Floridène rouge).


Rive droite, vive le calcaire !

Fronsac, les satellites de Saint-Emilion et les vignobles en coteaux : grande année homogène
Le calcaire, l'argilo-calcaire, le relief en coteaux et la grande réussite du merlot, induisent la présence de chair, d'éclat dans la saveur, des tannins sans rusticité et une belle longueur en bouche. 2018 est le grand millésime de ces appellations.

Saint-Emilion : grande année hétérogène
Ici, à travail égal, la nature des sols et des expositions répond différemment. Pour mémoire, Saint-Emilion dispose de quatre types de sol : calcaire sur le plateau, argilo-calcaire sur les coteaux, gravelo-argileux sur la partie de la frontière la plus noble avec Pomerol et sableux dans la plaine. Si j'ajoute des expositions nord sur la côte de Soutard par exemple, ou sud du côté de Larcis Ducasse, les données diffèrent encore. De plus, tous les sols calcaires ne se ressemblent pas. Les ex-champignonnières, ces caves dont on a extrait la pierre, situées sous les plus grands crus du plateau ressuient, alimentent et tempèrent plus que les dalles calcaires sans cave dessous. Le grand avantage du calcaire en 2018 est d'induire des pH bas dans le vin. Ces derniers équilibrent à merveille la richesse alcoolique des merlots. Et le cabernet franc est grand.

Pomerol : très bonne année hétérogène
Pomerol est une appellation aux terroirs très variés depuis l'excellence du plateau argilo-graveleux, considéré comme chaud, en descendant vers l'ouest par des zones plus sableuses, jusqu'au-delà de la nationale 89 où on retrouve des graves plus fines.
Comme toujours la prime revient aux crus situés sur le plateau, à l'alimentation en eau de la vigne plus régulière. Les zones moins argileuses ont connu des blocages de maturité. Cependant, à partir du 17 septembre, une succession de températures supérieures à 30° a induit partout de la déshydratation sur le merlot, cépage à l'éclat aromatique très sensible à la chaleur. Une situation que n'a pas connue le merlot sur le plateau calcaire de Saint-Emilion. Notez que le petit verdot fait de plus en plus son apparition à Pomerol pour dynamiser des merlots parfois trop tendres ou mous. Malheureusement le bouchet, cette quintessence historique du cabernet franc, n'est pas présent partout. En la matière Lafleur est roi.

 

Sur la page de chaque vin susceptible de vous intéresser,en cliquant sur "M´AVERTIR DE LA DISPONIBILITÉ" vous pouvez dès maintenant nous faire part de votre intérêt en attendant la mise sur le marché, vous serez ainsi averti automatiquement dès la sortie du vin sélectionné,de son prix de sortie et de la quantité disponible avec la possibilité de consulter les critiques,

 

               =>Cette démarche est absolument sans obligation d´achat !

 

 

 

Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris